Mythes sur l’avortement médicamenteux et les pilules abortives

Date:

Partager sur

Mythe 1 : Une intervention chirurgicale est nécessaire pour interrompre une grossesse

Lorsque nous pensons à l’avortement, beaucoup d’entre nous visualisent un avortement « chirurgical » ou procédural, pratiqué dans un cadre clinique stérile. Selon MedlinePlus, un avortement chirurgical implique généralement de dilater l’ouverture de l’utérus, appelée col de l’utérus, et d’utiliser l’aspiration pour retirer le fœtus et les autres tissus de la grossesse. Des médicaments sédatifs sont souvent utilisés pour aider une personne à se détendre pendant la procédure. Après l’intervention, des médicaments peuvent être administrés pour contracter l’utérus et réduire les saignements, ainsi qu’un antibiotique pour réduire les risques d’infection.

Il s’agissait autrefois de la méthode d’avortement la plus populaire, mais en 2020, les avortements médicamenteux ont pour la première fois dépassé les procédures chirurgicales, selon l’OMS et l’Institut Guttmacher. Cela représente une augmentation significative par rapport aux recherches antérieures du groupe, où les avortements médicamenteux représentaient 39% en 2017. Cette tendance à davantage d’avortements médicamenteux s’est encore accentuée pendant la pandémie de COVID-19, lorsque les interventions chirurgicales ont été limitées ou retardées et que les gens ont commencé à rechercher d’autres options.

Mythe 2 : Les avortements médicamenteux ne sont pas très efficaces

L’avortement médicamenteux s’est avéré extrêmement efficace et sûr au cours des deux décennies où il a été utilisé. Lorsque les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont mené un examen complet de la science des soins liés à l’avortement, il a conclu que les avortements médicamenteux mettent effectivement fin aux grossesses précoces avec des taux extrêmement faibles de complications graves.

Selon Planned Parenthood, les pilules sont plus efficaces lorsqu’elles sont prises à 8 semaines de grossesse ou avant. Mais l’avortement médicamenteux fonctionne encore plus de 90% du temps pour les femmes enceintes de 9 à 10 semaines, et environ 87% du temps pour les femmes enceintes de moins de 11 semaines. Même lorsqu’elle est moins efficace au cours des dernières semaines du premier trimestre, les patientes peuvent recevoir une pilule supplémentaire, et l’avortement est alors presque toujours terminé.

Une autre option dans ces cas rares consiste à effectuer un suivi chirurgical en clinique pour compléter l’avortement.

Mythe 3 : Les avortements médicamenteux sont également appelés plan B

De nombreuses personnes confondent la pilule abortive avec un autre médicament appelé Plan B. Le Plan B est ce qu’on appelle contraception d’urgence. Ce médicament est pris peu de temps après un rapport sexuel non protégé pour éviter de devenir enceinte. Le Plan B consiste en une pilule pharmaceutique contenant de l’hormone lévonorgestrel, un progestatif synthétique similaire au progestérone que le corps produit naturellement pour réguler le cycle menstruel. L’hormone inhibe ou retarde l’ovulation.

En revanche, les pilules abortives fonctionnent selon un mécanisme complètement différent, inhibant la croissance des tissus de grossesse plutôt que de retarder l’ovulation. L’une empêche une grossesse et l’autre y met fin.

Mythe 4 : Vous devez consulter un médecin dans son cabinet ou sa clinique pour obtenir des pilules abortives

En fait, vous n’en aurez peut-être pas besoin. Premièrement, il n’est pas nécessaire qu’un médecin soit impliqué. De nombreux États autorisent les professionnels de la santé non médecins, comme les assistants médicaux et les infirmières en pratique avancée, à prescrire les pilules. Certains États, cependant, ont des lois exigeant que la personne qui administre un avortement médicamenteux soit un médecin agréé.

Deuxièmement, pendant la pandémie, un nombre croissant de prestataires d’avortement médicamenteux par télésanté sont devenus disponibles dans divers États. Grâce aux avortements par télésanté, vous pouvez bénéficier de cette procédure sûre et efficace sans avoir besoin de vous absenter du travail, de trouver une garde d’enfants, etc.

Les avortements par télésanté permettent plus d’intimité, puisque les femmes n’ont pas besoin de se rendre dans une clinique d’avortement – ni de se frayer un chemin à travers les manifestants. Et dans les régions rurales ou mal desservies par les prestataires, les avortements médicamenteux par télésanté peuvent éviter à une patiente des centaines de kilomètres de voyage.

Mythe 5 : Les pilules abortives doivent être prises dans un cabinet médical ou une clinique

Les femmes qui reçoivent les pilules abortives après une consultation de télésanté ou qui les commandent en ligne les prennent dans le confort de leur foyer. Même les femmes qui se rendent au cabinet ou à la clinique pour un avortement médicamenteux prennent généralement des pilules à la maison. Ils peuvent prendre le premier comprimé, la mifépristone, en milieu médical et emporter le deuxième médicament chez eux pour le prendre plus tard. Ou encore, les deux médicaments peuvent être pris après le retour du patient à la maison. Comme les médicaments mettent un certain temps à être efficaces, un avortement médicamenteux est presque toujours réalisé au domicile de la personne ou dans un autre endroit confortable.

Mythe 6 : Vous devez avoir une ordonnance pour obtenir des pilules abortives

C’était le cas autrefois, mais ce n’est plus le cas. Pendant longtemps, la mifépristone était réglementée par une disposition spéciale de la FDA qui exigeait qu’elle soit administrée dans une clinique, un hôpital ou sous la supervision directe d’un prestataire médical certifié, connue sous le nom d' »exigence de distribution en personne ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...