L’argument en faveur de la consommation de 30 plantes par semaine

Date:

Partager sur

En tant que personne atteinte de sclérose en plaques (SEP), il est important pour moi de me tenir au courant des dernières avancées et des prochaines étapes de la recherche sur cette maladie. Je suis abonné à plusieurs revues de neurologie et je reçois de nombreuses alertes par e-mail.

Je ne cherche pas à être « totalement SEP, tout le temps », mais je veux m’assurer de ne pas manquer d’informations importantes. Cette année, nous avons publié un article sur la relation entre la SEP et la santé intestinale. Ce sujet de recherche, qui a été étudié depuis des années, semble attirer l’attention de tous. L’idée générale est que les milliards de bactéries et d’autres micro-organismes vivant dans notre tube digestif, appelés microbiote, pourraient avoir une influence sur notre santé globale, y compris sur certains aspects spécifiques.

Dans le cas de la SEP, il a été suggéré que certains éléments du microbiote pourraient libérer des toxines qui pourraient avoir des effets modulateurs sur différentes parties du corps, notamment les réactions immunitaires. Pour en savoir plus sur le sujet, il est conseillé de suivre l’Étude internationale sur le microbiote de la SEP (IMSM).

En parcourant des articles moins scientifiques, j’ai découvert une information intéressante. Un article publié dans Le Gardien ce printemps propose de manger 30 plantes différentes chaque semaine pour favoriser la santé intestinale. Cette idée peut sembler excessive, mais elle est basée sur l’importance de consommer une variété de fruits, légumes et herbes pour maintenir une bonne santé. La plupart d’entre nous se limitent souvent à une douzaine de plantes différentes, mais cela peut être facilement modifié.

Ma femme et moi avons décidé d’adopter un régime alimentaire basé sur le jeûne intermittent, à la fois pour contrôler notre poids et pour les effets bénéfiques potentiels sur la SEP, selon la Société nationale de la sclérose en plaques. Cela ne coûte pas cher et ne présente aucun risque pour notre santé, selon notre médecin.

Pour suivre notre consommation de plantes, nous avons utilisé un grand tableau noir pour noter tous les fruits, légumes, herbes et céréales que nous avons mangés pendant une semaine. Nous avons réussi à atteindre 20 plantes la première semaine et 36 la semaine suivante, simplement en faisant attention à nos achats, en cultivant notre jardin et en cuisinant.

Nous allons continuer à augmenter notre consommation de plantes et voir comment cela affecte notre santé. Pour l’instant, je ne peux pas dire si je me sens mieux, mais je sais que manger des légumes dans un repas me procure toujours une sensation de bien-être. L’objectif est d’avoir un impact positif à long terme sur ma santé globale et peut-être même de ralentir ou de régénérer certains effets de la SEP.

Je vous encourage à essayer de suivre le nombre de plantes non transformées que vous consommez chaque semaine. Vous pourriez être surpris de la quantité que vous mangez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Mégalérythème épidémique : tout savoir sur cette maladie infantile

Le mégalérythème épidémique, aussi appelé cinquième maladie ou érythème infectieux aigu, est une maladie virale contagieuse fréquente chez...

Quels sont les effets secondaires des médicaments contre l’insomnie ?

Les médicaments contre l'insomnie peuvent être une solution efficace pour améliorer la qualité du sommeil à court terme....

Comment s’endormir plus rapidement : guide complet

L'insomnie est un problème répandu qui affecte des millions de personnes à travers le monde. Elle se caractérise...

Le bien-être issu de la lecture : A ne pas sous-estimer

La lecture est une activité aux multiples bienfaits pour le bien-être. Elle est un véritable coffre à outils...