Le problème des protocoles | Le magazine scientifique®

Date:

Partager sur

Les chercheurs en laboratoire sont souvent confrontés au défi de suivre des protocoles publiés pour leurs expériences. Cependant, il est courant que ces protocoles nécessitent des ajustements pour obtenir des résultats optimaux. Cela crée une situation où chaque chercheur a ses propres « recettes secrètes » qui ne sont pas toujours partagées avec la communauté scientifique. Un exemple de cela est le protocole de culture des neurones corticaux, où il n’existe pas de consensus sur la meilleure méthode à suivre.

Aurélie Stil, chercheuse au laboratoire de Jean-François Bouchard à l’Université de Montréal, a été confrontée à ce problème lorsqu’elle n’a pas réussi à maintenir de manière fiable des cultures neuronales saines pour ses recherches sur le guidage des axones et la formation des synapses. Pour résoudre ce problème, elle a collaboré avec des ingénieurs chimistes pour développer un nouveau protocole de revêtement des cellules neuronales. Ce protocole a amélioré de manière fiable l’adhésion et la maturation des neurones corticaux in vitro.

Dans une interview, Stil explique comment elle en est arrivée à développer ce nouveau protocole et pourquoi elle a décidé de le partager avec la communauté scientifique. Après avoir rencontré des difficultés avec les protocoles existants, elle a décidé de demander l’aide d’ingénieurs chimistes pour optimiser le revêtement des cellules. Lorsqu’ils ont trouvé une méthode qui fonctionnait, Stil a réalisé qu’il était important de partager cette information avec d’autres chercheurs. Elle a constaté que de nombreux ajustements et problèmes techniques ne sont pas communiqués, ce qui peut être préjudiciable pour les étudiants diplômés et les chercheurs postdoctoraux qui doivent résoudre ces problèmes par eux-mêmes.

Le nouveau protocole développé par Stil et son équipe a montré des améliorations significatives par rapport aux protocoles existants. Les neurones cultivés selon ce protocole étaient plus sains et formaient des réseaux neuronaux plus complexes. Cependant, il reste à voir si ce protocole fonctionne de la même manière sur différents types de neurones, ce qui nécessitera des expériences supplémentaires.

En conclusion, la recherche scientifique implique souvent l’ajustement de protocoles existants pour obtenir les meilleurs résultats. Cependant, ces ajustements ne sont pas toujours partagés avec la communauté scientifique, ce qui peut poser des problèmes pour les chercheurs novices. Aurélie Stil a développé un nouveau protocole de revêtement des cellules neuronales qui améliore de manière fiable l’adhésion et la maturation des neurones corticaux in vitro. Elle a décidé de partager ce protocole avec d’autres chercheurs pour encourager une meilleure communication et collaboration dans la communauté scientifique.
Source : https://www.the-scientist.com/news/the-problem-with-protocols-71600

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Physiothérapie pour la maladie de Parkinson : qu’est-ce qui aide vraiment ?

La maladie de Parkinson (MP) est un trouble progressif qui affecte le système nerveux, agissant comme le...

J’ai essayé le BEMER Pro Set pour les symptômes de la SEP

Le coffret BEMER Pro est un appareil qui délivre une énergie électromagnétique pulsée au corps en général...

Quand demander des soins d’urgence pour la SEP

Les soins urgents ou d'urgence sont parfois nécessaires pour les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) pour...

Comment Zoloft a calmé les bavardages et m’a rendu moi-même

Un jour, alors que je parcourais la base de données médicale PubMed sur mon ordinateur, je suis...