Quel est le rapport entre le virus Epstein-Barr et la sclérose en plaques ?

Par : Matthieu Gallet

Date:

Partager sur

Des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver ont étudié la relation entre la sclérose en plaques (SEP) et le virus d’Epstein-Barr (EBV) dans l’espoir de trouver des indices pour un diagnostic précoce et un traitement plus efficace de la maladie. Selon l’Académie américaine des médecins de famille, plus de 90% des personnes dans le monde seront infectées par l’EBV avant l’âge de 35 ans. Bien que l’EBV puisse causer une mononucléose infectieuse chez certains adolescents et jeunes adultes, la plupart des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Cependant, le virus reste dans le corps pour le reste de la vie et peut potentiellement affecter la santé de manière indirecte.

Des études épidémiologiques ont montré que presque toutes les personnes atteintes de SEP ont été exposées à l’EBV, tandis que seulement environ 95% de la population générale a des signes d’exposition au virus. De plus, les personnes atteintes de SEP ont souvent eu des cas plus graves de mononucléose infectieuse. Une étude sur des souris infectées par un herpèsvirus similaire à l’EBV a montré qu’elles développaient des symptômes similaires à ceux de la SEP, suggérant un lien entre l’EBV et la maladie.

Les chercheurs pensent que la réaction excessive du système immunitaire des personnes atteintes de SEP à l’infection initiale par l’EBV pourrait jouer un rôle dans le développement de la maladie. Des niveaux élevés d’anticorps anti-EBV ont été observés chez les personnes atteintes de SEP, ce qui pourrait être bénéfique pour lutter contre les infections, mais aussi préjudiciable en termes de susceptibilité aux maladies auto-immunes comme la SEP.

En particulier, l’EBV semble avoir un effet sur un type de cellules B appelées cellules B associées à l’âge (ABC). Les personnes atteintes de SEP ont des niveaux plus élevés de ces cellules à un plus jeune âge, ce qui pourrait être lié à l’EBV. Des études supplémentaires ont également montré que les personnes atteintes de SEP-RR ont des taux plus élevés d’anticorps anti-herpèsvirus humain et que les personnes ayant eu la varicelle ont un risque accru de SEP récurrente.

Comprendre le rôle de l’EBV dans le développement de la SEP pourrait aider à orienter la recherche sur de nouveaux traitements. De plus, cela pourrait encourager les efforts pour développer un vaccin contre le virus. Les chercheurs espèrent identifier les cellules du corps qui sont porteuses de l’EBV chez les personnes atteintes de SEP afin de déterminer leur risque de développer la maladie. Si ces cellules peuvent être identifiées et éliminées, il pourrait être possible de trouver un remède contre la SEP.

Cependant, il est important de noter que pour développer la SEP, il faut également avoir une prédisposition génétique. Avoir été infecté par l’EBV ne suffit pas à causer la maladie. Néanmoins, la compréhension du rôle de l’EBV dans la SEP pourrait aider les personnes atteintes de la maladie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Sur le même thème

[categoryposts]

Articles relatifs

Les enjeux éthiques de la robotique dans le domaine médical

L'intégration croissante de la robotique dans le domaine médical révolutionne les soins de santé, offrant des possibilités sans...

Comment choisir un bol tibétain : Le guide complet pour trouver l’instrument parfait

Les bols tibétains, également connus sous le nom de bols chantants, sont devenus des outils populaires pour la...

La sonothérapie : une symphonie pour votre bien-être !

Vous êtes-vous déjà demandé si les sons pouvaient avoir un impact sur votre santé ? Eh bien, accrochez-vous...

Les bols tibétains sont-ils dangereux ?

Les bols chantants tibétains sont devenus très populaires ces dernières années pour leurs supposés bienfaits sur la relaxation...