Un vaccin contre l’EBV mettrait-il fin à la SEP ?

Date:

Partager sur

Peu de temps après avoir commencé à écrire ma chronique « La vie avec la sclérose en plaques », j’ai eu l’opportunité de rencontrer le responsable de la recherche de la Société nationale de la SP. Lors de notre rencontre, il a évoqué un remède en trois parties pour la sclérose en plaques (SEP) : arrêter la maladie, réparer les dommages causés et empêcher son apparition.

Ces objectifs sont ambitieux, mais je me suis demandé si cela se produirait de mon vivant. Les récents documents de recherche renforçant le lien entre la SEP et le virus d’Epstein-Barr (EBV) ont suscité des interrogations sur la possibilité d’utiliser un vaccin contre l’EBV pour prévenir la SEP. Cependant, la réponse à cette question est complexe.

Tout d’abord, il n’existe pas encore de vaccin contre l’EBV. Bien que la technologie de l’ARN messager soit utilisée avec succès pour créer des vaccins contre le COVID-19, la création de vaccins n’est pas une tâche facile et banale. Les chercheurs travaillent actuellement sur le développement de ce vaccin contre l’EBV.

Cependant, même si ce vaccin contre l’EBV était approuvé, il y aurait probablement une certaine hésitation à le mettre en œuvre. La pandémie de COVID-19 a révélé une augmentation de l’hésitation à la vaccination aux États-Unis et dans le monde. Ajouter une autre dose à la liste des injections que reçoivent les enfants serait donc difficile. De plus, le nombre d’enfants à vacciner contre l’EBV pour mener des études à long terme sur la prévention de la SEP serait très élevé.

Même si l’on pourrait penser que les parents seraient prêts à protéger leurs enfants contre la SEP et d’autres affections causées par l’EBV, l’hésitation à vacciner les enfants contre le papillomavirus humain (HPV), qui est connu pour causer plusieurs cancers, est déjà présente. Il est donc clair que la tâche serait difficile.

Cependant, il existe des raisons d’espérer pour ceux qui vivent déjà avec la SEP. Certains chercheurs estiment que ce n’est pas l’infection initiale par l’EBV qui provoque la SEP, mais plutôt une infection persistante qui déclenche la maladie. Ils pensent donc que le traitement de l’EBV pourrait modifier ou arrêter l’évolution de la SEP.

L’idée qu’un vaccin contre un virus puisse être la première étape d’un remède contre la SEP est surprenante. Cependant, le temps que cela prendra est incertain. Bien que l’écart d’espérance de vie entre les personnes atteintes de SEP et les autres se réduise, l’espérance de vie moyenne des personnes atteintes de SEP est encore inférieure de 5 à 10 ans à la moyenne. La rapidité avec laquelle cet écart se réduira déterminera si cette avancée se produira de mon vivant avec la SEP.

En conclusion, bien qu’il n’existe pas encore de vaccin contre l’EBV et que l’hésitation à la vaccination puisse limiter son utilisation, il y a des raisons d’espérer que le traitement de l’EBV pourrait modifier l’évolution de la SEP. Cependant, le temps nécessaire pour cela est incertain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...