SEP et troubles du spectre autistique : liés par la myéline ?

Date:

Partager sur

Une nouvelle étude suggère que la sur- ou sous-myélinisation des personnes atteintes de troubles du spectre autistique (TSA) pourrait jouer un rôle dans leur condition. Contrairement à la sclérose en plaques (SEP), où le système immunitaire élimine la myéline existante, les chercheurs ont découvert que les oligodendrocytes, les cellules productrices de myéline, ne produisent pas la quantité appropriée d’isolant graisseux chez les personnes atteintes de TSA.

Pour mieux comprendre cette situation, il est utile de comparer les nerfs démyélinisés de la SEP à des câbles téléphoniques en cuivre dont l’isolation en caoutchouc a été retirée. Cela entraîne la corrosion du fil et une inefficacité dans la transmission des signaux. De la même manière, une quantité excessive ou insuffisante de protection peut être un facteur contributif aux TSA. Cette différence de myélinisation pourrait également expliquer pourquoi le volume cérébral des personnes atteintes de TSA est souvent plus grand ou plus petit que celui de leurs homologues neurotypiques.

Les TSA présentent un large éventail de symptômes, tout comme la SEP. Chez les personnes atteintes de SEP, plus les zones touchées par la démyélinisation sont nombreuses, plus les symptômes sont généralement graves. De même, chez les personnes atteintes de TSA, une sur- ou sous-myélinisation peut entraîner une variété de symptômes dans le spectre de l’autisme.

Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour approfondir cette question. Les scientifiques ont déjà élaboré un plan pour étudier la myéline en utilisant des organoïdes cérébraux, de minuscules amas de cellules cérébrales humaines cultivées en laboratoire. Ils espèrent ainsi identifier les problèmes de myélinisation et trouver des mesures correctives pour aider les oligodendrocytes à produire la quantité adéquate de myéline. Ces recherches pourraient bénéficier aux communautés de la SEP et des TSA.

Caryn et moi sommes ravis de suivre de près ces recherches et espérons une collaboration entre les chercheurs travaillant sur les TSA et la SEP. Cela nous offrira une lecture intéressante à partager.

En conclusion, il est important de souligner que la myélinisation excessive ou insuffisante pourrait jouer un rôle dans les TSA. Cette découverte ouvre la voie à de nouvelles recherches et à des possibilités de traitement pour les personnes atteintes de TSA. Nous vous souhaitons, ainsi qu’à votre famille, une excellente santé.

Pour en savoir plus sur mes expériences avec la SEP, vous pouvez consulter mon livre, « Chef interrompu », disponible sur Amazon. Vous pouvez également me suivre sur ma page Facebook « La vie avec la SEP » et sur Twitter, et en apprendre davantage sur « La vie avec la sclérose en plaques » sur Everyday Health.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...