La marijuana médicale est-elle bonne pour la douleur chronique ?

Date:

Partager sur

En 1996, la Californie a été le premier État à légaliser la marijuana médicale. Depuis lors, la consommation de cannabis à des fins médicales est devenue légale dans 38 États, trois territoires et Washington, DC. Cette légalisation croissante a entraîné une augmentation du nombre de personnes déclarant avoir une autorisation médicale pour consommer du cannabis, passant de 1,2 % à 2,5 % entre 2013 et 2020.

Cependant, selon Thomas Arkell, chercheur postdoctoral à l’Université de technologie de Swinburne à Melbourne, en Australie, les preuves cliniques de l’efficacité des principes actifs de la marijuana médicale, le THC et le CBD, sont encore limitées. Arkell est co-auteur d’une nouvelle étude sur la consommation de cannabis et la qualité de vie liée à la santé, publiée le 9 mai 2023 dans le Journal of the American Medical Association. Selon lui, il est nécessaire de développer une base de preuves plus solide sur les doses de THC et de CBD les plus efficaces pour certaines conditions, les formes d’administration les plus adaptées et les raisons pour lesquelles certains patients arrêtent le traitement en raison d’une absence d’amélioration des symptômes.

L’étude, qui est peut-être la plus grande en son genre, a analysé les données de 3 148 patients. Environ 54 % étaient des femmes et 30 % avaient un emploi, avec une moyenne d’âge de 56 ans. Les deux tiers des participants ont utilisé du cannabis médical pour traiter des douleurs chroniques non cancéreuses, 6 % pour des douleurs cancéreuses, 5 % pour l’insomnie et 4,2 % pour l’anxiété.

L’étude a utilisé un questionnaire standardisé pour mesurer la qualité de vie liée à la santé des participants. Les résultats ont montré des améliorations significatives dans les huit domaines du questionnaire, notamment la santé physique et émotionnelle. Après avoir contrôlé les facteurs de confusion potentiels, les chercheurs ont constaté que le traitement au cannabis médical était associé à une amélioration de 6 à 18 points dans les différents domaines mesurés.

Cependant, l’accès à la marijuana médicale varie entre l’Australie et les États-Unis. En Australie, les médecins prescrivent une dose et un produit spécifiques qui sont récupérés à la pharmacie, tandis qu’aux États-Unis, les patients doivent avoir une carte de marijuana médicale pour acheter ce qu’ils veulent dans un dispensaire. Selon Arkell, le modèle australien permet aux médecins d’avoir plus de contrôle sur la dose et la fréquence d’utilisation, ce qui peut entraîner de meilleurs résultats cliniques.

L’étude a également révélé que la consommation de cannabis médical pouvait entraîner des effets indésirables, bien que la plupart soient légers et temporaires. Sur les 2 919 événements indésirables signalés, 86 étaient considérés comme graves. Arkell souligne l’importance d’évaluer les risques associés à la prescription de THC en tenant compte des autres médicaments que prend le patient.

Cependant, selon Keith Humphreys, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à l’Université Stanford, l’étude présente des lacunes. Tout d’abord, elle exclut les personnes qui ne sont pas revenues après avoir commencé à utiliser le cannabis médical, ce qui peut biaiser les résultats. De plus, il n’y a pas de groupe de comparaison placebo, ce qui rend difficile de déterminer si les améliorations observées sont spécifiques au cannabis médical.

En conclusion, bien que le cannabis médical puisse entraîner des améliorations significatives dans la qualité de vie liée à la santé, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre son efficacité et ses effets indésirables.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...