Lorsqu’un bracelet d’hôpital vous dénonce publiquement comme un « risque de chute »

Date:

Partager sur

Pendant le reste de mon séjour à l’hôpital, chaque professionnel de la santé prenait des précautions supplémentaires pour me faire passer d’un test, d’un examen ou d’une procédure à l’autre. J’avais l’impression d’être constamment surveillé, comme un voleur présumé dans un grand magasin avec des agents de sécurité en civil à mes côtés.

À plusieurs reprises, j’ai croisé d’autres patients portant le même bracelet que moi, accompagnés de leur propre « garde du corps ». J’aurais aimé pouvoir établir une sorte de complicité avec eux, comme les propriétaires de Volkswagen qui se font des signes de tête complices, mais cela aurait été un peu idéalisé. En réalité, les autres patients portant le bracelet étaient un peu plus âgés que moi et ne comprenaient peut-être pas la référence culturelle. De plus, ils étaient concentrés pour éviter de tomber.

Cependant, j’ai apprécié de savoir que le personnel de l’hôpital était conscient de mes besoins. Le fait d’être clairement identifié était rassurant. Cela me rappelait la sensation que de nombreuses personnes ressentent lorsqu’elles utilisent une aide à la marche pour la première fois. Tout à coup, le monde prend conscience de ce que beaucoup ont manqué ou de ce que nous avons vécu en silence avec nos symptômes invisibles.

Avoir quelque chose qui indique clairement au monde « Il y a quelque chose de différent ici » n’est pas toujours une mauvaise chose. Dans mon cas, seul le personnel hospitalier comprenait l’importance de mon bracelet d’avertissement, mais savoir qu’ils étaient conscients, agissaient de manière proactive et avaient été formés pour gérer les situations potentiellement difficiles était bien plus réconfortant que de cacher ma sclérose en plaques et d’éviter les discussions sur mes difficultés de mobilité.

Parfois, nous cachons notre maladie autant que possible, pour diverses raisons. Je le fais moi-même dès que je le peux. Cependant, dans ce cas précis, je n’étais pas dérangé que les autres connaissent mon problème potentiel. Cela m’a même donné l’idée de partager mes difficultés avec mon entourage, afin qu’ils puissent être mieux préparés et plus à l’aise pour m’aider. De cette façon, nous pourrions tous profiter des situations ensemble plus librement.

Les gens me demandent toujours s’ils peuvent m’aider. En connaissant simplement certaines des difficultés auxquelles je pourrais être confronté, ils pourraient se sentir plus utiles, et moi plus détendu. Tout le monde passerait ainsi un meilleur moment dans l’ensemble.

C’est une réflexion que j’ai emportée avec moi lorsque mon bracelet a été retiré et que j’ai été renvoyé dans le monde extérieur, inconscient des problèmes de santé des autres.

Je vous souhaite, ainsi qu’à votre famille, une excellente santé.

Trévis

PS : Mon livre, « Chef interrompu », est disponible sur Amazon. Suivez-moi sur ma page Facebook « La vie avec la SEP » et sur Twitter pour en savoir plus sur la sclérose en plaques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Mégalérythème épidémique : tout savoir sur cette maladie infantile

Le mégalérythème épidémique, aussi appelé cinquième maladie ou érythème infectieux aigu, est une maladie virale contagieuse fréquente chez...

Quels sont les effets secondaires des médicaments contre l’insomnie ?

Les médicaments contre l'insomnie peuvent être une solution efficace pour améliorer la qualité du sommeil à court terme....

Comment s’endormir plus rapidement : guide complet

L'insomnie est un problème répandu qui affecte des millions de personnes à travers le monde. Elle se caractérise...

Le bien-être issu de la lecture : A ne pas sous-estimer

La lecture est une activité aux multiples bienfaits pour le bien-être. Elle est un véritable coffre à outils...