Qu’est-ce que le TDAH ? Symptômes, traitement et plus

Date:

Partager sur

Le trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est un trouble de santé mentale dont les causes exactes ne sont pas encore clairement définies par les experts. Comme pour la plupart des problèmes de santé mentale, on pense que le TDAH résulte d’une interaction de facteurs biologiques, sociaux et psychologiques, selon l’organisation TCHAD.

Des études de neuroimagerie utilisant l’imagerie par résonance magnétique (IRM) ont permis d’observer la structure du cerveau de personnes atteintes de TDAH. Ces études ont révélé que certains circuits neuronaux du cerveau sont associés au TDAH.

Ces circuits sont liés à des fonctions telles que l’attention soutenue, le contrôle des inhibitions, la motivation et la régulation des émotions, comme le suggère une recherche publiée dans le Lancet Psychiatrie.

Il est important de noter que toutes les personnes atteintes de TDAH ne présentent pas les mêmes circuits ou modifications des circuits cérébraux. Cependant, certaines différences cérébrales sont plus fréquentes chez les personnes atteintes de TDAH que chez celles qui n’en sont pas atteintes.

Plusieurs facteurs peuvent augmenter la probabilité qu’un enfant développe un TDAH. Voici les principaux :

  1. La génétique : Des études suggèrent que le TDAH a une composante génétique. Cela signifie qu’il semble exister dans certaines familles, mais les gènes spécifiques associés au TDAH n’ont pas encore été identifiés. Plusieurs gènes pourraient être impliqués en raison de la complexité de la maladie, selon les experts de l’Institut national de recherche sur le génome humain.
  2. Exposition environnementale aux toxines et aux produits chimiques : L’exposition à des substances toxiques, comme le plomb, peut être un facteur contributif au TDAH. Des études ont montré une relation entre le TDAH et les niveaux de plomb dans le sang. Cependant, il est important de noter que l’exposition au plomb n’est pas la seule cause du TDAH et que l’exposition ne garantit pas non plus le développement du TDAH. D’autres toxines environnementales, comme le bisphénol A (BPA) et les phtalates, pourraient également jouer un rôle, mais les liens avec le TDAH ne sont pas encore établis.
  3. Consommation d’alcool ou de tabac pendant la grossesse : La consommation de tabac pendant la grossesse a été associée à des symptômes du TDAH chez les enfants dans certaines études. Cependant, des recherches plus récentes remettent en question le lien direct entre la consommation de substances et le TDAH. Il est recommandé aux femmes enceintes de s’abstenir de consommer de l’alcool et de fumer en raison d’autres risques bien établis pour la santé du bébé.
  4. Lésion cérébrale traumatique (TCC) : Les traumatismes crâniens survenus dans la petite enfance ont été associés au développement de troubles psychiatriques, dont le TDAH. Il est important de noter que les traumatismes crâniens ne sont pas rares et peuvent avoir des conséquences sur la santé mentale.
  5. Naissance prématurée ou faible poids à la naissance : Des recherches suggèrent que les bébés ayant un faible poids à la naissance ou nés prématurément ont un risque accru de développer un TDAH. Les études ont montré une association plus forte avec le TDAH lorsque le poids à la naissance est extrêmement faible ou lorsque la naissance est extrêmement prématurée (avant 28 semaines).
  6. Facteurs alimentaires et comportementaux : Bien que certains facteurs alimentaires et comportementaux, tels qu’une consommation excessive de sucre ou un temps d’écran excessif, aient été associés au TDAH, la recherche ne soutient pas l’idée selon laquelle ils seraient à l’origine du trouble.

En résumé, le TDAH est un trouble complexe dont les causes exactes ne sont pas encore complètement comprises. Les facteurs génétiques, l’exposition environnementale aux toxines, les traumatismes crâniens, la prématurité ou le faible poids à la naissance peuvent tous jouer un rôle dans le développement du TDAH, mais il est important de noter que chaque cas est unique et que d’autres facteurs peuvent également être impliqués.

Il est essentiel de continuer à mener des recherches pour mieux comprendre les causes de ce trouble et développer des approches de traitement efficaces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Physiothérapie pour la maladie de Parkinson : qu’est-ce qui aide vraiment ?

La maladie de Parkinson (MP) est un trouble progressif qui affecte le système nerveux, agissant comme le...

J’ai essayé le BEMER Pro Set pour les symptômes de la SEP

Le coffret BEMER Pro est un appareil qui délivre une énergie électromagnétique pulsée au corps en général...

Quand demander des soins d’urgence pour la SEP

Les soins urgents ou d'urgence sont parfois nécessaires pour les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) pour...

Comment Zoloft a calmé les bavardages et m’a rendu moi-même

Un jour, alors que je parcourais la base de données médicale PubMed sur mon ordinateur, je suis...