Une commotion cérébrale peut-elle affecter votre cœur ?

Date:

Partager sur

Les commotions cérébrales sont des blessures relativement courantes, surtout si vous êtes un athlète ou si vous participez à une activité rigoureuse. Selon le Centre médical de l’Université de Pittsburgh (UPMC), entre 1,7 et 3 millions de commotions cérébrales liées au sport et aux loisirs surviennent chaque année. Les sports de contact comme le football et la crosse sont responsables de centaines de milliers de ces commotions cérébrales, et 20 % des athlètes du secondaire qui pratiquent ces sports en subiront une cette année. Pourtant, la moitié de tous les cas de commotion cérébrale ne sont pas signalés ou détectés, selon l’UPMC.

Si vous avez une commotion cérébrale et que vous cherchez de l’aide, il est recommandé de commencer par consulter votre médecin habituel. Si nécessaire, vous pouvez ensuite demander une aide spécialisée. Par exemple, si votre blessure est liée au sport, vous pouvez consulter un médecin du sport ou votre médecin traitant. Dans les cas plus graves, il est généralement recommandé de consulter un neurologue.

Les commotions cérébrales sont définies par les Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes comme de légères lésions cérébrales causées par un choc à la tête, un coup au corps qui provoque un mouvement rapide de la tête et du cerveau, ou une secousse violente à la tête. Ces blessures entraînent des changements chimiques dans le cerveau ou des dommages aux cellules cérébrales. Elles peuvent également affecter d’autres organes du corps, y compris le cœur, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour mieux comprendre ces effets.

Les commotions cérébrales peuvent également perturber le système nerveux autonome, qui régule le cœur et la tension artérielle. Cela peut se traduire par des symptômes tels que des nausées, des vertiges, une sensation de moiteur de la peau et une diminution de la variabilité de la fréquence cardiaque. Ces symptômes sont généralement regroupés sous le terme de dysfonctionnement autonome. Les fréquences cardiaques irrégulières sont particulièrement préoccupantes chez les personnes atteintes de commotion cérébrale.

Des études ont également montré que les traumatismes crâniens peuvent entraîner des problèmes cardiovasculaires tels que la cardiomyopathie de stress, également connue sous le nom de cardiomyopathie takotsubo. Cette maladie entraîne un affaiblissement du muscle cardiaque en raison d’un stress émotionnel ou physique grave. Bien que la plupart des problèmes cardiaques liés aux commotions cérébrales se résolvent en trois à six mois, il est important de prendre soin de son cœur pendant la période de récupération.

Les experts recommandent de reprendre progressivement l’exercice pendant la récupération d’une commotion cérébrale. Des exercices cardiovasculaires légers tels que le vélo stationnaire ou la marche peuvent être bénéfiques, mais il est important d’éviter les activités trop intenses ou les sports de contact. Il est également recommandé de se reposer suffisamment pour favoriser la guérison.

En résumé, les commotions cérébrales sont des blessures courantes qui peuvent avoir des effets sur le cœur et le système nerveux autonome. Il est important de signaler et de traiter ces blessures correctement. Pour prendre soin de son cœur pendant la récupération, il est recommandé de reprendre progressivement l’exercice et d’éviter les activités trop intenses. Il est également essentiel de se reposer suffisamment pour favoriser la guérison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Est-il temps de passer à un exercice MS ?

En préparation d'une interview demandée pour une station de radio locale, j'ai effectué des recherches qui m'ont...

La névralgie du trijumeau est une véritable douleur au visage

Dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais imaginé me réveiller un jour avec une douleur...

Le tériflunomide peut retarder l’apparition des symptômes de la SEP chez les personnes atteintes de RIS

Le syndrome radiologiquement isolé (RIS) est une condition dans laquelle une personne présente des anomalies et des...

Physiothérapie pour la maladie de Parkinson : qu’est-ce qui aide vraiment ?

La maladie de Parkinson (MP) est un trouble progressif qui affecte le système nerveux, agissant comme le...