Une forte augmentation des appels aux centres antipoison concernant l’utilisation du kratom

Par : Matthieu Gallet

Date:

Partager sur

De plus en plus de personnes se tournent vers les suppléments à base de plantes, notamment le kratom, pour se soigner contre la douleur chronique ou aiguë, la dépression, l’anxiété et le sevrage des opioïdes. Cependant, ce supplément est controversé car les régulateurs fédéraux et les responsables de la lutte contre les drogues affirment qu’il existe peu de preuves de sa sécurité ou de son efficacité pour l’une de ces utilisations. Une nouvelle étude publiée dans la revue Toxicologie clinique vient renforcer ces inquiétudes, révélant que les conséquences médicales potentiellement dangereuses liées à l’utilisation de ce médicament sont en augmentation.

Les chercheurs ont découvert que les appels liés au kratom aux centres antipoison américains ont augmenté de plus de 5 000 % entre 2011 et 2017. Le nombre d’appels annuels est passé de 13 à 682 au cours de cette période. Environ les deux tiers des 1 800 appels reçus au cours de cette période ont eu lieu entre 2016 et 2017. Selon Henri Spiller, directeur du Central Ohio Poison Center du Nationwide Children’s Hospital, qui a mené l’enquête en collaboration avec le Center for Injury Research and Policy, « la consommation et l’abus de kratom ont considérablement augmenté ». Il ajoute que le kratom est légal mais totalement non réglementé, ce qui signifie que certaines personnes en prennent trop et souffrent ensuite de tachycardie (rythme cardiaque rapide), d’hypertension, d’agitation et de convulsions. Il y a eu plusieurs décès et comas signalés.

L’étude révèle également que la moitié des appels étaient liés à des problèmes médicaux graves, tels qu’un rythme cardiaque rapide, des convulsions ou un coma. Environ un tiers des appelants ont dû être soignés dans un établissement de santé. Onze décès, 37 comas et 113 convulsions ont été signalés parmi les appels effectués au cours de la période d’étude. Les résultats suggèrent que de plus en plus de personnes utilisent du kratom, ce qui explique le nombre croissant d’appels aux centres antipoison.

Les chercheurs soulignent également que des nouveau-nés présentant des symptômes de sevrage au kratom ont été signalés, ce qui suggère que des femmes enceintes consomment du kratom pendant leur grossesse. Ils recommandent aux médecins d’éduquer les femmes sur les risques liés à l’utilisation du kratom pendant la grossesse et l’allaitement.

Il convient de noter que les résultats de l’étude ne représentent pas le nombre total d’utilisateurs de kratom, car ils ne tiennent compte que des cas signalés aux centres antipoison. Des recherches supplémentaires devraient être menées pour évaluer les effets du kratom sur les nouveau-nés exposés et sur leur santé à long terme.

Le kratom est un extrait d’un arbre à feuilles persistantes trouvé en Asie du Sud-Est. Bien qu’il n’y ait actuellement aucune réglementation fédérale sur le kratom, la DEA le classe parmi les « médicaments préoccupants » et la FDA n’approuve pas son utilisation. La FDA avertit que le kratom affecte les mêmes récepteurs opioïdes du cerveau que la morphine et peut entraîner une dépendance. En 2016, la DEA a annoncé son intention d’inscrire le kratom sur la liste des médicaments de l’Annexe 1, ce qui signifie qu’il présente un fort potentiel d’abus et qu’il n’a aucun usage médical accepté. Certains chercheurs recommandent de mener des études approfondies sur le kratom et de le réglementer par la FDA, mais d’autres mettent en garde contre les risques d’abus et de dépendance associés à ce supplément.

En conclusion, bien que le kratom soit de plus en plus utilisé par les personnes cherchant à se soigner naturellement, les preuves de son efficacité et de sa sécurité sont limitées. Une nouvelle étude montre une augmentation alarmante des appels liés au kratom aux centres antipoison américains, mettant en évidence les conséquences médicales potentiellement dangereuses de son utilisation. Les chercheurs recommandent aux médecins d’informer les femmes enceintes des risques liés à l’utilisation du kratom pendant la grossesse et l’allaitement. Bien que le kratom soit légal, il est totalement non réglementé, ce qui signifie que les utilisateurs doivent faire preuve de prudence lors de son utilisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Sur le même thème

[categoryposts]

Articles relatifs

Les enjeux éthiques de la robotique dans le domaine médical

L'intégration croissante de la robotique dans le domaine médical révolutionne les soins de santé, offrant des possibilités sans...

Comment choisir un bol tibétain : Le guide complet pour trouver l’instrument parfait

Les bols tibétains, également connus sous le nom de bols chantants, sont devenus des outils populaires pour la...

La sonothérapie : une symphonie pour votre bien-être !

Vous êtes-vous déjà demandé si les sons pouvaient avoir un impact sur votre santé ? Eh bien, accrochez-vous...

Les bols tibétains sont-ils dangereux ?

Les bols chantants tibétains sont devenus très populaires ces dernières années pour leurs supposés bienfaits sur la relaxation...