J’ai un trouble bipolaire – Voici pourquoi les vacances me poussent à mes limites

Date:

Partager sur

Il y a 20 ans, si on m’avait demandé quelle était ma fête préférée, je vous aurais répondu sans hésiter que c’était le réveillon du Nouvel An. J’adorais les plaisanteries, la frivolité, les banderoles et les lunettes loufoques. J’aimais les chapeaux de fête bon marché et les boissons festives. Et j’adorais danser dans la rue, une chaussure à la main et des feux d’artifice dans le ciel de Philadelphie. Mais la meilleure partie du réveillon du Nouvel An était la promesse et le potentiel de la nouvelle année. J’avais tellement d’espoir pour demain. Ou peut-être que c’était le champagne et les paillettes qui entachaient mon point de vue.

Cependant, mon amour pour le Nouvel An a changé au cours des dernières années, en raison de ma santé mentale, plus précisément de mon diagnostic de trouble bipolaire. En comprenant ma maladie et ce qui déclenche mes symptômes, j’ai réalisé que les vacances peuvent être plus difficiles à vivre que je ne l’aurais jamais imaginé.

Vous vous demandez peut-être comment ce changement s’est produit. Comment peut-on passer d’aimer les vacances à les détester à cause d’un diagnostic ? Je n’ai pas vécu avec un trouble bipolaire toute ma vie. Mon enfance a été relativement normale. Mon adolescence, bien que rebelle, était plutôt bénigne. Et bien que j’aie souffert de dépression au début de la vingtaine, mes épisodes maniaques étaient rares et je ne comprenais pas encore ce qui m’arrivait.

Cependant, j’ai commencé à remarquer de petits changements à mesure que je vieillissais. Les feux d’artifice, que j’aimais autrefois, sont devenus une source d’anxiété. Le bruit, le chaos et la foule me stimulaient de manière excessive et me submergeaient. La consommation d’alcool, de plus en plus présente pendant les vacances, est devenue problématique. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai exagéré lors des fêtes de Thanksgiving ou où j’ai fini par m’évanouir à Noël. Et cela n’était que le début.

Ce genre de comportement impulsif est courant pendant la plupart des vacances. Selon la Clinique Cleveland, l’impulsivité et le manque de contrôle des impulsions sont des problèmes auxquels de nombreuses personnes atteintes de troubles bipolaires sont confrontées. Je me retrouve endetté à chaque anniversaire de mon enfant (surtout à Noël). Et j’ai tendance à abandonner les « bases » qui m’aident à gérer mes symptômes, comme une routine de sommeil régulière et une alimentation saine, même lors de fêtes apparemment plus petites comme Halloween ou le 4 juillet.

Lorsque j’ai reçu mon diagnostic officiel de trouble bipolaire au début de la trentaine, tout cela a commencé à prendre sens. Toutes ces difficultés se sont accumulées et j’ai réalisé que les vacances étaient des déclencheurs pour moi. Les déclencheurs sont des situations ou des circonstances qui provoquent ou exacerbent les symptômes du trouble bipolaire.

Désormais, toutes les vacances qui perturbent ma routine sont préoccupantes. Selon la Clinique Mayo, le respect d’une routine quotidienne cohérente en matière de repas, d’exercice et de sommeil est très utile pour la gestion de l’humeur chez les personnes atteintes de trouble bipolaire. Par exemple, le 4 juillet et les jours qui l’entourent affectent mon horaire de sommeil en raison des feux d’artifice. Un horaire de sommeil perturbé peut facilement me plonger dans l’hypomanie ou, pire encore, dans un véritable épisode maniaque.

Les routines perturbées rendent la gestion du trouble bipolaire plus difficile. Il est très important pour les personnes atteintes de trouble bipolaire d’avoir une routine structurée, connue pour être utile à la stabilité de l’humeur. Mais pendant les vacances, il y a souvent de nombreuses perturbations dans nos horaires et routines habituels. Ce genre de perturbations peut déclencher mes symptômes.

Et je ne suis pas le seul. Selon une enquête précédente de la National Alliance on Mental Illness (NAMI), jusqu’à 64 % des personnes souffrant de problèmes de santé mentale ressentent une aggravation de leurs symptômes pendant les vacances.

Pour moi, les raisons pour lesquelles il est difficile de gérer ma santé mentale pendant les vacances sont complexes. Les professionnels de la santé mentale ont tendance à prendre des congés, comme tout le monde, ce qui peut entraîner l’annulation des rendez-vous réguliers. De plus, je ressens davantage de pression sociale de la part de mes amis et de ma famille, en particulier à l’approche de Noël. Il y a des réunions de famille, des repas entre amis et des fêtes au travail, et ma présence est toujours attendue.

Et comme je l’ai mentionné, lorsque j’assiste à des fêtes de fin d’année, mes déclencheurs les plus difficiles sont généralement présents. Je remarque que la plupart des célébrations des fêtes impliquent de l’alcool, et cela peut aggraver mes symptômes, ce qui est confirmé par des recherches antérieures. J’ai même essayé de consommer de l’alcool pour atténuer mes symptômes, ce qui est courant chez certaines personnes souffrant de troubles de l’humeur comme le trouble bipolaire.

Il y a aussi d’autres facteurs qui contribuent à cela. Comme je l’ai mentionné précédemment, si vous vivez avec un trouble bipolaire, le contrôle de vos impulsions, en particulier financières, peut parfois poser problème. Mais avec les attentes de dépenses (souvent excessives) pendant les vacances, cela peut créer un stress encore plus important.

Cela peut être un problème unique pour de nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire. Les personnes vivant avec cette maladie font souvent de leur mieux pour gérer leurs symptômes, mais les attentes de la société peuvent parfois les pousser à s’endetter encore plus pendant les vacances. Cela peut entraîner des épisodes dépressifs et augmenter le risque d’aggravation des symptômes.

Alors, comment vivre les vacances avec un trouble bipolaire ? Voici sept de mes stratégies d’adaptation préférées :

1. Suivre mon traitement : Je m’efforce avant tout de maintenir une certaine routine, ce qui est important pour gérer mes symptômes. Je prends mon médicament chaque jour et je respecte tous les rendez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Physiothérapie pour la maladie de Parkinson : qu’est-ce qui aide vraiment ?

La maladie de Parkinson (MP) est un trouble progressif qui affecte le système nerveux, agissant comme le...

J’ai essayé le BEMER Pro Set pour les symptômes de la SEP

Le coffret BEMER Pro est un appareil qui délivre une énergie électromagnétique pulsée au corps en général...

Quand demander des soins d’urgence pour la SEP

Les soins urgents ou d'urgence sont parfois nécessaires pour les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) pour...

Comment Zoloft a calmé les bavardages et m’a rendu moi-même

Un jour, alors que je parcourais la base de données médicale PubMed sur mon ordinateur, je suis...