Les commotions cérébrales liées au football surviennent principalement lors des entraînements et non lors des matchs

Par : Matthieu Gallet

Date:

Partager sur

Une nouvelle étude, publiée dans JAMA Neurology en février 2021, révèle que les joueurs de football sont plus susceptibles de subir une commotion cérébrale ou un traumatisme crânien lors des entraînements et des entraînements de pré-saison que lors des matchs. Cette étude a suivi cinq années d’entraînements et de matchs dans six programmes de football de la Division 1 de la NCAA.

Les résultats de l’étude montrent que sur cinq saisons, 72 % des commotions cérébrales et 67 % des expositions à un impact à la tête se sont produites lors des entraînements et non lors des matchs. De plus, près de la moitié des commotions cérébrales et les deux tiers des coups à la tête à fort impact ont eu lieu pendant l’entraînement pré-saison, qui ne représente qu’un cinquième de la saison.

Cette constatation est choquante selon Christopher Nowinski, PDG et cofondateur de la Concussion Legacy Foundation à Boston. Il souligne que la plupart des coups à la tête surviennent pendant l’entraînement depuis plus d’une décennie, et que cela ne devrait jamais se produire. Il est donc nécessaire de réduire les coups à la tête grâce à l’éducation et à de nouvelles règles.

Nowinski mentionne également que le football professionnel a réussi à réduire considérablement le nombre de commotions cérébrales en limitant les contacts lors des entraînements. La NFL n’autorise maintenant que 14 entraînements avec contact complet sur une saison de 17 semaines, ce qui a permis de réduire à 18 % le nombre de commotions cérébrales survenues lors des entraînements.

Au niveau du football lycéen, près de 40 États ont des règles qui interdisent ou limitent les pratiques de contact total. Cependant, le football universitaire reste moins réglementé, car le pouvoir réside entre les mains des entraîneurs qui ne sont pas encore motivés à changer leurs habitudes.

L’étude a été réalisée par une équipe de professeurs de neurochirurgie du Medical College of Wisconsin, en collaboration avec le Consortium Concussion Assessment, Research, and Education (CARE). Ils ont suivi les données des capteurs placés dans les casques de 658 joueurs répartis dans six écoles différentes de 2015 à 2019. Les capteurs ont détecté plus de 500 000 coups à la tête, avec une médiane de 415 coups à la tête par joueur et par saison. Les coups à la tête en pré-saison se sont produits deux fois plus souvent que ceux de la saison régulière.

Nowinski souligne que les réservistes d’une équipe, qui jouent habituellement à l’entraînement mais pas aux matchs, ne sont pas pris en compte dans les données des capteurs, ce qui entraîne un sous-dénombrement important des blessures à la tête liées à l’entraînement.

La réforme de la pratique du football pour réduire l’exposition et le risque de commotion cérébrale nécessitera l’engagement des entraîneurs, selon les chercheurs. Des offres éducatives robustes et personnalisées doivent être développées pour sensibiliser les entraîneurs, les administrateurs sportifs et les joueurs.

Nowinski conclut en soulignant que les entraîneurs étaient conscients de la surveillance et de l’enregistrement des coups à la tête lors de l’étude, mais malgré cela, plus d’un demi-million de coups à la tête ont été enregistrés. Il imagine donc ce qui se passe dans les programmes où il n’y a aucune surveillance.

En résumé, cette étude met en évidence la nécessité de réduire les coups à la tête lors des entraînements et de sensibiliser les entraîneurs au risque de commotions cérébrales. Des mesures doivent être prises pour protéger la santé des joueurs de football et éviter les traumatismes crâniens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Sur le même thème

[categoryposts]

Articles relatifs

Les enjeux éthiques de la robotique dans le domaine médical

L'intégration croissante de la robotique dans le domaine médical révolutionne les soins de santé, offrant des possibilités sans...

Comment choisir un bol tibétain : Le guide complet pour trouver l’instrument parfait

Les bols tibétains, également connus sous le nom de bols chantants, sont devenus des outils populaires pour la...

La sonothérapie : une symphonie pour votre bien-être !

Vous êtes-vous déjà demandé si les sons pouvaient avoir un impact sur votre santé ? Eh bien, accrochez-vous...

Les bols tibétains sont-ils dangereux ?

Les bols chantants tibétains sont devenus très populaires ces dernières années pour leurs supposés bienfaits sur la relaxation...