Qu’est-ce que le trouble de l’intérêt sexuel féminin et de l’excitation ? Symptômes, causes, diagnostic, traitement et prévention

Date:

Partager sur

Le FSIAD, ou trouble du désir sexuel hypoactif chez la femme, peut être traité en fonction des symptômes spécifiques de chaque personne. Plusieurs problèmes peuvent être à l’origine de cette dysfonction sexuelle.

Il existe plusieurs médicaments qui peuvent aider à traiter le FSIAD :

– La flibansérine (Addyi) est un médicament approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis pour les femmes non ménopausées. Il agit en se liant à certains récepteurs du cerveau qui dépendent de niveaux adéquats de dopamine, norépinéphrine et sérotonine pour faciliter le désir sexuel. Ce médicament est pris par voie orale tous les jours au coucher. Il peut augmenter les risques d’hypotension ou de syncope, il est donc important d’être étroitement surveillé par son médecin.

– Le brémélanotide (Vyleesi) agit sur les récepteurs de la mélanocortine pour stimuler le désir sexuel. Il est utilisé uniquement par les femmes non ménopausées. Ce médicament est administré par injection auto-administrée et doit être pris 45 minutes avant toute activité sexuelle.

– La thérapie œstrogénique consiste en l’utilisation d’une crème ou d’un anneau vaginal contenant de l’œstrogène. Cette thérapie augmente le flux sanguin vaginal et améliore la lubrification vaginale. Il est important de noter que l’hormonothérapie présente des risques, en particulier pour les femmes présentant des facteurs de risque tels que les maladies cardiaques et le cancer. Les risques varient en fonction de l’âge et du type d’hormone utilisé.

– La thérapie androgénique ou de remplacement de la testostérone peut être envisagée chez les femmes ménopausées pour une utilisation à court terme. Certaines recherches suggèrent une amélioration des préoccupations sexuelles chez les femmes recevant de la testostérone, mais cette thérapie n’est pas approuvée par la FDA pour les femmes. Il est important de noter que la testostérone ne doit être utilisée que chez les femmes pour lesquelles aucune autre cause de faible désir sexuel n’a été identifiée.

En plus de ces traitements médicamenteux, des thérapies alternatives et complémentaires peuvent également être envisagées :

– Les thérapies dispensées par un sexologue, un conseiller ou un psychothérapeute peuvent être utiles en complément ou en remplacement des interventions médicales. Ces thérapies peuvent inclure une éducation sur l’anatomie et la fonction sexuelles, ainsi que des exercices tels que des horaires programmés pour l’intimité entre partenaires ou la masturbation. Des méthodes telles que la thérapie cognitivo-comportementale ou la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience peuvent améliorer l’excitation, le désir et l’orgasme.

Il est important de noter que certains traitements nécessitent une surveillance médicale étroite et que l’utilisation de formulations ou de suppléments non réglementés peut être dangereuse. Il est donc essentiel de suivre les recommandations d’un professionnel de santé qualifié.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...