Trouble anxieux ou anxieux ? Voici comment faire la différence

Date:

Partager sur

Vous vous demandez si votre anxiété est normale ou si elle a atteint des niveaux malsains ? Il est important de connaître la différence entre une anxiété saine et un trouble d’anxiété clinique afin de déterminer le type d’aide professionnelle dont vous pourriez avoir besoin et les stratégies d’adaptation les plus susceptibles de soulager vos symptômes.

L’anxiété est généralement une réponse saine à certains déclencheurs. Edmund Bourne, Ph.D., ancien directeur du Traitement de l’anxiété Center de San Jose et Santa Rosa, Californie, explique qu’il est approprié et raisonnable de réagir avec une certaine anxiété dans de nombreuses situations de la vie quotidienne. Par exemple, il est normal de ressentir de l’anxiété en traversant une rue très fréquentée ou en ayant un mal de dents persistant. L’anxiété nous aide à assurer notre sécurité et est une réponse naturelle aux facteurs de stress. En fait, si vous ne ressentez pas d’anxiété face aux défis quotidiens impliquant une perte ou un échec personnel, quelque chose ne va pas.

L’anxiété « normale » est proportionnelle à une situation ou à un problème spécifique et ne dure que le temps nécessaire pour résoudre la situation ou le problème. Par exemple, il est normal d’être anxieux à l’idée de parler devant un grand groupe de personnes ou de respecter une échéance importante au travail.

L’anxiété se manifeste de différentes manières, mais elle peut affecter tous les aspects de notre être – psychologiquement, physiquement et comportementalement – et devenir très pénible. Psychologiquement, l’anxiété implique des sentiments subjectifs de malaise ou d’appréhension. Sur le plan physique, elle peut entraîner des symptômes tels qu’un rythme cardiaque rapide, une tension musculaire, une bouche sèche ou une transpiration. Sur le plan comportemental, elle peut amener une personne à éviter les situations ordinaires, à ne pas communiquer ses sentiments ou à avoir du mal à prendre des décisions. Dans les cas les plus extrêmes, l’anxiété peut provoquer un sentiment de détachement de soi, une peur de mourir, de devenir fou ou de penser de manière irrationnelle.

Un trouble anxieux, en revanche, est diagnostiqué par un professionnel de la santé mentale selon des critères précis établis par l’Association américaine de psychiatrie (APA). Pour être considérée comme un trouble, l’anxiété ou la peur d’une personne doit être inappropriée à son âge, disproportionnée par rapport à la situation et interférer avec sa capacité à mener une vie quotidienne normale. De plus, l’inquiétude dure souvent longtemps, même après que la situation ou le problème a été résolu. Les personnes atteintes d’un trouble anxieux peuvent ressentir de l’inquiétude et de la peur de manière constante, ce qui peut être paralysant.

Les types spécifiques de troubles anxieux comprennent l’agoraphobie, le trouble anxieux généralisé, le trouble panique, le trouble d’anxiété de séparation, les phobies spécifiques et le trouble d’anxiété sociale.

Si votre anxiété est intense, durable et entraîne des phobies ou une peur intense qui perturbe votre vie, vous pourriez souffrir d’un trouble anxieux. Dans ce cas, il est important de demander l’aide d’un professionnel de la santé mentale. Cependant, même si vous ne souffrez pas d’un trouble anxieux, il peut être bénéfique de consulter un professionnel pour mieux gérer votre anxiété quotidienne.

Il est également recommandé de parler à votre médecin traitant pour exclure toute affection sous-jacente qui pourrait contribuer à vos symptômes d’anxiété.

Il existe plusieurs stratégies d’adaptation pour gérer l’anxiété, qu’elle soit normale ou liée à un trouble. La respiration profonde est souvent recommandée pour soulager l’anxiété. Cette technique consiste à inspirer lentement par le nez pour faire gonfler la poitrine et le ventre, puis à expirer lentement par la bouche. Elle active le système nerveux parasympathique, réduisant ainsi le stress et l’anxiété globaux que vous pourriez ressentir. Une autre technique consiste à identifier et à remplacer le discours intérieur craintif par des déclarations apaisantes et constructives.

D’autres stratégies d’adaptation incluent un régime équilibré, en évitant les stimulants tels que la caféine, l’exercice régulier, les projets créatifs pour détourner l’esprit des pensées anxieuses, l’identification de vos déclencheurs personnels, un sommeil suffisant, la limitation de la consommation d’alcool et l’engagement dans des activités communautaires pour faire une pause dans le stress quotidien.

En conclusion, il est important de connaître la différence entre une anxiété saine et un trouble anxieux afin de déterminer le type d’aide professionnelle dont vous pourriez avoir besoin. Si votre anxiété interfère avec vos relations, votre travail ou votre vie scolaire, ou si elle vous cause une détresse importante, il est conseillé de demander l’aide d’un professionnel. Des stratégies d’adaptation saines peuvent également vous aider à gérer votre anxiété au quotidien, que vous souffriez d’un trouble anxieux ou non.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...