Comment dire à quelqu’un que vous souffrez d’un trouble bipolaire

Date:

Partager sur

Julie A. Fast, âgée de 59 ans, est une experte et chercheuse sur le trouble bipolaire. Elle a reçu son diagnostic de cette maladie à l’âge de 31 ans. Plus tard, on lui a également diagnostiqué un trouble schizo-affectif de type bipolaire, qui est un trouble psychotique impliquant à la fois des symptômes de schizophrénie et de trouble bipolaire. Cependant, le trouble bipolaire n’était pas complètement nouveau pour Fast, car son partenaire de l’époque avait reçu un diagnostic similaire un an plus tôt.

Malgré cela, Fast a constaté que la plupart des gens dans son entourage ne connaissaient pas ou ne comprenaient pas son état. Elle raconte : « Quand j’allais à une fête, peut-être deux ou trois personnes disaient : ‘Je connais le trouble bipolaire' ». Cependant, avec une sensibilisation croissante au trouble bipolaire et à ses symptômes, de nombreuses personnes atteintes de cette maladie, comme Fast, se sentent plus à l’aise de partager leur diagnostic avec d’autres. Elle affirme : « Je peux faire face à tout ce qui arrive lorsque je révèle ma maladie aux autres. Cela montre qui peut m’aider et qui ne le peut pas ».

Cependant, certains individus atteints de trouble bipolaire peuvent encore hésiter à partager leur diagnostic en raison de la stigmatisation et de la peur de la réaction des autres. La honte, l’embarras et la stigmatisation sont des facteurs qui font que certaines personnes atteintes de trouble bipolaire hésitent à parler de leur état, selon des recherches. Une forme de stigmatisation appelée « stigmatisation publique » est souvent vécue par les personnes atteintes de trouble bipolaire, ce qui se traduit par la façon dont les autres les perçoivent et agissent envers elles. Cette stigmatisation publique est liée à des symptômes d’anxiété plus importants, à une diminution de la capacité de fonctionner et à des problèmes au travail.

L’auto-stigmatisation est également un problème fréquent chez les personnes atteintes de trouble bipolaire, qui se caractérise par une faible estime de soi, une faible qualité de vie et une participation limitée à la communauté. Ces facteurs peuvent rendre difficile pour les personnes atteintes de trouble bipolaire de se sentir à l’aise dans leur peau.

La décision de partager son diagnostic avec quelqu’un d’autre est une décision personnelle. Cela dépendra de la relation que vous entretenez avec la personne en question et de sa compréhension du trouble bipolaire. Dans le cas des relations amoureuses, Fast recommande de partager le diagnostic bipolaire dès que possible, car les symptômes peuvent affecter la relation de différentes manières.

Lorsqu’il s’agit de nouveaux prestataires de soins de santé, il est important d’être honnête sur votre diagnostic afin qu’ils puissent prendre en compte vos antécédents médicaux et vos médicaments. Certains médicaments peuvent déclencher des symptômes de manie chez les personnes atteintes de trouble bipolaire, il est donc essentiel de les informer de votre état.

En ce qui concerne les amis et la famille, il est recommandé de prendre votre temps pour vous sentir à l’aise avant de partager votre diagnostic. Il est préférable de commencer par les personnes avec lesquelles vous avez une relation étroite et fréquente. Pour ce qui est de l’employeur, il est important de prendre en compte la possibilité de discrimination et de vérifier si l’entreprise a mis en place des mesures pour réduire la stigmatisation liée à la santé mentale.

Si vous décidez de partager votre diagnostic, il est important de vous préparer à toutes sortes de réactions. Certaines personnes réagiront de manière positive, tandis que d’autres pourraient réagir de manière négative. Il est également important de parler des symptômes bipolaires et de leur impact sur les autres, afin de favoriser la compréhension et la communication.

En conclusion, partager son diagnostic de trouble bipolaire peut être difficile en raison de la stigmatisation et de la peur de la réaction des autres. Cependant, avec une sensibilisation croissante et une meilleure compréhension de cette maladie, de plus en plus de personnes atteintes de trouble bipolaire se sentent à l’aise de partager leur diagnostic. Il est important de prendre en compte différents facteurs tels que la relation avec la personne concernée avant de décider de partager son diagnostic.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Physiothérapie pour la maladie de Parkinson : qu’est-ce qui aide vraiment ?

La maladie de Parkinson (MP) est un trouble progressif qui affecte le système nerveux, agissant comme le...

J’ai essayé le BEMER Pro Set pour les symptômes de la SEP

Le coffret BEMER Pro est un appareil qui délivre une énergie électromagnétique pulsée au corps en général...

Quand demander des soins d’urgence pour la SEP

Les soins urgents ou d'urgence sont parfois nécessaires pour les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) pour...

Comment Zoloft a calmé les bavardages et m’a rendu moi-même

Un jour, alors que je parcourais la base de données médicale PubMed sur mon ordinateur, je suis...