La maladie de Parkinson précoce détectée par un nouveau test

Date:

Partager sur

Une récente étude de grande envergure, publiée dans le Neurologie Lancet en mai 2023, a révélé une avancée majeure dans la recherche sur la maladie de Parkinson. Cette étude a confirmé que l’analyse du liquide cérébral et médullaire à la recherche d’amas d’une protéine appelée alpha-synucléine peut permettre de détecter précisément la maladie de Parkinson, même chez des personnes ne présentant pas de symptômes tels que des tremblements ou des mouvements ralentis.

L’alpha-synucléine est une protéine caractéristique de la maladie de Parkinson, un trouble neurologique touchant près d’un million de personnes aux États-Unis. L’acteur Michael J. Fox, lui-même atteint de la maladie, a fondé la Fondation Michael J. Fox pour la recherche sur la maladie de Parkinson. Cette étude sur l’alpha-synucléine fait partie du projet de la fondation intitulé Initiative sur les marqueurs de progression de la maladie de Parkinson (PPMI).

L’étude a impliqué plus de 1 100 participants, dont plus de 500 personnes atteintes de la maladie de Parkinson. Les résultats ont montré que le test de laboratoire, commercialisé sous le nom de SYNTap depuis 2021, était capable d’identifier des accumulations anormales de protéines chez 88 % de tous les participants atteints de la maladie.

Les participants, âgés en moyenne de 63 à 68 ans, comprenaient différentes catégories de patients atteints de la maladie de Parkinson, ainsi que des personnes présentant des mutations génétiques et des signes prodromiques de la maladie. Le test a démontré une grande précision dans la détection des graines d’alpha-synucléine, même chez les personnes ne présentant pas de symptômes.

Les résultats ont également montré que la précision du test dépendait du type de mutation de la maladie de Parkinson. Les personnes atteintes de la maladie GBA ont montré le taux le plus élevé de positivité au test, tandis que les personnes atteintes de la maladie LRRK2 ont montré un taux plus faible de positivité.

Ce nouveau test de laboratoire pourrait être plus précis que les tests d’imagerie cérébrale actuels, permettant une détection précoce de la maladie. Un diagnostic précoce est essentiel pour permettre aux patients d’adapter rapidement leur mode de vie et de commencer un traitement approprié.

Les auteurs de l’étude soulignent que le test à lui seul ne peut pas fournir un diagnostic définitif, mais il peut aider les médecins à établir un diagnostic spécifique lorsqu’il est combiné avec d’autres évaluations. Cette avancée pourrait également ouvrir la voie au développement de nouveaux traitements pour la maladie de Parkinson.

Cette étude représente une avancée majeure dans la recherche sur la maladie de Parkinson, offrant de nouvelles perspectives pour un diagnostic précoce et des traitements plus efficaces.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles relatifs

Les bols chantants tibétains : Pourquoi faut il autant du bien ?

Vous cherchez un moyen original de vous détendre, de méditer et de faire vibrer votre âme ? Ne...

Les bienfaits de la musique sur le cerveau

Une étude révolutionnaire menée par des chercheurs de l'Université Simon Fraser et de Health Research BC au Canada...

Quelles maladies peuvent donner droit à l’invalidité catégorie 1 ?

La reconnaissance d'invalidité catégorie 1 est attribuée aux personnes souffrant d'un handicap les empêchant d'exercer une activité professionnelle....

Maladies transmises par les rats : une menace sérieuse pour la santé

Les rats sont bien plus qu'une simple nuisance. Ces rongeurs représentent un véritable danger sanitaire en raison de...